20180825_112101 20180825_155046

Lanzarote

Ce n’est pas pour faire mon malin, mais j’ai passé une semaine à Lanzarote, l’île la plus septentrionale et la plus volcanique des Canaries. Elle est aussi l’une des plus protégées et des plus écologiques. Certaines zones sont interdites à la plongée sous-marine, la traversée en voiture du parc national des volcans, Timanfaya, implique qu’on ne descende pas de son véhicule. Jeter un mégot par terre vous coûte 600 euros d’amende.

Baptisée Tyterogaka par les aborigènes de langue tamazight, les mahoreros, cette île est néanmoins un peu française car « découverte », dès 1402, par le Normand Jean de Béthencourt, dont le nom a essaimé ensuite dans toute l’Amérique latine. Aujourd’hui, Lanzarote ne vit presque exclusivement que du tourisme. En 1824, à la suite d’une terrible éruption volcanique, ce bout de terre exilé au large du Sud marocain a failli être évacué.

Jeandebethencourt

Jean de Béthencourt

En tamazight, Tyterogaka signifie la Brûlée. Les vignes, enserrées dans la lave, ne dépassent guère 50 cm de haut et survivent grâce à l’ingéniosité des Chinijos (le petit nom donné aux habitants) et à la rosée du matin.

Resized_20180825_120055

Les vignes

Réserve de biosphère reconnue par l’Unesco depuis 1993, Lanzarote intrigue le visiteur. Bien sûr émergent quelques immeubles en sa capitale, Arrecife, mais la plupart des maisons, blanches, n’excèdent pas deux étages. Le touriste met quelques jours à identifier l’absence de pollution visuelle. Aucune affiche publicitaire n’est autorisée.

manrique Haría_-_MNLC_-_LZ-1_-_Jameos_del_Agua_12_ies

César Manrique et les Jameos del Agua

Ce miracle, Lanzarote le doit à un artiste, César Manrique. Ayant abonné les études d’architecture que sa famille lui imposait, César (1919-1992), en pleine dictature franquiste et dès les années 1960, avait convaincu les responsables politiques que l’avenir de l’île passerait non seulement par le tourisme mais encore par un tourisme éco-responsable comme on ne disait pas à l’époque. Peintre à succès mondialement reconnu, il décida d’œuvrer bénévolement pour sa natale Lanzarote avant de mourir bêtement écrasé par une voiture devant chez lui !

Issu de la bourgeoisie forcément catholique, César avait, erreur de jeunesse, été enrôlé dans la Phalange lors de la guerre civile, qui fit plus de 400 000 morts et autant de réfugiés rien qu’en France.

César Manrique en sortit antimilitariste gracias a Dios.

Ainsi cet homme à qui on doit, entre autres réalisations, les Jameos del Agua, l’aménagement d’un vaste tunnel volcanique qui abrite musée et piscine (et restaurant), a côtoyé des barbares sanguinaires qui, à la figure du philosophe Miguel de Unamuno, recteur de l’université de Salamanque, ont, en 1936, beuglé, comme le général José Millán-Astray y Terreros, « vive la mort ! », « à bas l’intellectualité traîtresse ! ».

Les franquistes en ont rêvé, le Brésil de Temer l’a réalisé.

En gelant pour vingt ans les crédits sociaux et culturels, celui qui, lors d’un putsch constitutionnel, a renversé une Dilma Roussef (confortablement) réélue en octobre 1994, a aussi allumé la mèche qui a consumé dimanche 2 septembre le Museu Nacional, la première institution scientifique du pays.

 

Incendie du Musée de Rio : " Le fruit d'une négligence absolue "

Fils électriques à nu, plafonds qui suintent... Depuis plusieurs années, la culture et la science pâtissent de sévères coupes budgétaires. Des pièces très précieuses sont perdues.

https://www.lemonde.fr

 

Quelque 22 millions de pièces uniques se seraient envolées en fumée. Détruit a donc été le passé culturel d’un Empire encore portugais qui s’était tourné vers les Européens et notamment les Français, via la mission culturelle de 1816, pour constituer son patrimoine.

 

 

luzia-woman_1

Envolée, Luzia, la supposée plus vieille femme d’Amérique du Sud (11000 ans) découverte, il y a vingt ans, à Lagoa Santa (Minas Gerais), par la mission franco-brésilienne menée par Annette Laming-Emperaire et Walter Alves Neves, lequel crie aujourd’hui devant le désastre au « crime contre l’humanité ». Certes des copies du crâne de Luzia avaient été réalisées, mais son ADN est en cendres.

Les alarmes incendie étaient désuètes, les bouches d’incendie, vides… Quant au signal d’alarme de la part des chercheurs, il avait été tiré depuis longtemps.

Évaporés les enregistrements d’Amérindiens collectés par Roquette Pinto dès 1912, carbonisées toutes ces pièces d’art indigène rassemblées par l’ethnologue germano-brésilien Curt Unckel Nimuendajú (en guarani « celui qui a su trouver son lieu »).

Et si 80% des invertébrés auraient été sauvés des flammes par Ronaldo Fernandes, responsable de ce département, si l’herbier riche de 450 000 exemplaires a été préservé, si le sixième plus gros météore au monde, Bendegó, a survécu à l’involontaire holocauste, quelqu’un comme l’anthropologue et directeur adjoint du musée, Luiz Fernando Dias Duarte, a perdu quarante ans de notes et de recherches.

Cinquième ou sixième puissance économique mondiale, le Brésil va consacrer des sommes considérables pour l’élection présidentielle d’octobre. Il est le pays qui dépense le plus après les États-Unis. Quelque 40 partis politiques sont présents au Parlement, qu’il convient tous d’arroser d’argent privé ou semi-public… D’où certains assassinats politico-mafieux d’édiles plus ou moins réglos avec leurs créanciers.

Dom Pedro II, dernier empereur du Brésil, est né dans la Quinta da Boa Vista, qui abriterait le Museu Nacional après la proclamation de la République le 15 novembre 1889. Lui et sa femme mourront en exil en France plus tard.

D Pedro Esfinge

Dom Pedro II et son entourage en Egypte

En 1876, le couple impérial s’était rendu en Égypte et avait fait l’acquisition du cercueil et de la momie de Sha-Amun-en-Su, chanteuse sacrée d’Amon, datant de 750 ans av. J.-C. Ils trôneraient dans l’impérial bureau. Un coup de vent atlantique les renverserait puis la République les confisquerait.

momie

Aujourd’hui, les cendres de Sha-Amun-en-Su volent au-dessus de l’océan. Une petite voix me dit qu’elles pourraient planer sur Lanzarote, où ses ancêtres mahoreros, cousins des pharaons, veillent sur une autre grande brûlée…

 

Un peu d’humour noir pour ne pas sombrer.

Sacha Distel l’avait chanté et prédit…

“L’Incendie à Rio”, émission des Carpentier à laquelle ont participé Pierre Barouh, grand amoureux du Brésil, et Astrud Gilberto, qu’on ne présente plus.