15 juin 2018

Wonderwoman n’ira pas rue Charles-Fourier à Mobylette

“La révolution, c’est changer de désir” Maurice Bellet, prêtre dominicain et psychanalyste Ce n’est pas pour faire mon malin, mais pour moi, alors enfant, Mai 68, c’est une odeur de pétrolette. Pas de pétroleuse, mais d’essence destinée au mélange pour les Mobylette, les pétrolettes, quoi ! Mes parents travaillent à l’AOIP, Association des ouvriers en instruments de précision, fondée en mars 1896. Sise dans le XIIIe arrondissement, rue Charles-Fourier – du nom du plus coruscant des socialistes dits utopiques, n’y voyez pas... [Lire la suite]
Posté par Bruno B à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
05 juin 2018

“La branche a cru dompter ses feuilles*”

“Les casseurs d’existence sont plus dangereux que les casseurs de vitres” Jolie phrase extraite de la plaidoirie d’un des avocats des “gauchistes” qui avait attaqué la mairie de Meulan en mars 1970. Ils protestaient contre les conditions faites aux travailleurs immigrés… Ce n’est pas pour faire mon malin, mais il y a trois semaines, je suis allé au ciné-club de ma ville, escorté par un ami d’enfance et ma fille, voir « Mai 68, la belle ouvrage » de Jean-Luc Magneron, 1968 (disponible en DVD et en version... [Lire la suite]
14 février 2018

Les “Silence” de Scorsese ou Martin au Japon

« Tout ce qui n’est pas donné ou partagé est perdu. » Proverbe tsigane.    Ce n’est pas pour faire mon malin, mais il y a un an, déjà ! sortait le film « Silence » de Martin Scorsese, fidèlement adapté du roman éponyme d’Endô Shûsaku, publié en 1966. Le réalisateur de « la Dernière Tentation du Christ » a mis un quart de siècle à coucher sur la pellicule l’intrigue de l’écrivain catholique et néanmoins nippon. Le pitch ? Après l’arrivée dans l’archipel du jésuite François-Xavier... [Lire la suite]
04 mai 2017

Les “espagnols” de Bwlch Ocyn

« Raconter, c’est résister »,  Guimarães Rosa, écrivain brésilien  (1908-1967)  Ce n’est pas pour faire mon malin, mais j’aurais voulu être une petite souris ce Noël 1945 quand George Orwell a rendu visite à son collègue de l’“Observer” un certain Arthur Koestler, dans sa ferme de Bwlch Ocyn, au nord du pays de Galles. Pensez donc, se retrouver avec les deux plus grands auteurs de fiction politique du XXe siècle ! “Spartacus” (1939, en Grande-Bretagne et en France) ou “le Zéro et l’Infini” (1940, en... [Lire la suite]